Inspiration

La data, l’or du XXIe siècle

Date de publication : 20 juillet 2022 Auteur : Géraldine Mauduit

Le secteur touristique a une très forte densité de data.  « Depuis internet, la seule innovation majeure dans le tourisme, c’est la data » … les enjeux de la data sont capitaux pour le tourisme.

4 types de data transforment le tourisme

– La donnée transactionnelle ‘Transactions data’ : dans le secteur du voyage, les OTA (Online Travel Agencies) sont devenus leaders de ce marché en intermédiant les transactions.

– Les données issues de dispositifs techniques ‘Devices data’ : 80% des nouveaux usages que proposent les jeunes entreprises adressant le tourisme intègrent du positionnement en temps réel, donc des données issues des satellites, smartphones, objets connectés.

– La donnée fournie par le client ‘UGC ou User Generated Content’ : des milliers d’entreprises imaginent des revenus à partir de contenus -écrits, photos, vocaux – déposés sur les réseaux sociaux généralistes -ceux des géants mondiaux- ou thématisés – elles créent elles-mêmes des communautés de niche -.

– La donnée collaborative : en rapprochant des données fournisseur et utilisateur, créer des revenus à partir de bateaux, voitures, maisons, matériels de sport,… sans en posséder aucun.

L’IA ou Intelligence Artificielle est intimement liée à la data car l’IA, ce sont des algorithmes d’analyse des données. Le challenge est de créer des modèles qui parviennent à structurer un mix des 4 types de données ci-dessus pour créer ou améliorer une expérience tourisme, le marketing touristique, la base technique d’une solution, un moyen de paiement…

Les cas d’usage se développent grâce aux évolutions concomitantes :

– De la data – l’intérêt de capter une donnée si elle peut servir est de plus en plus largement perçu -,

– Et de l’IA – les retombées sont de mieux en mieux ciblées, la modélisation est faite avec des jeux de données de plus en plus divers -.

Premier enjeu : disposer de prédictif étayé a apporté des bénéfices tels que plusieurs cas d’usage se sont transformés en incontournables qui se répandent dans tous les secteurs du tourisme :

– Adapter ses prix à la demande yield management ou revenue management : utilisée depuis 20 ans dans l’aérien -à l’origine de la percée des compagnies low cost-, la modulation des prix se généralise à tous hébergements marchands, tous sites touristiques et tous points de vente, avec des modélisations tarifaires pour l’offre en billetterie, restauration, hôtellerie, hôtellerie de plein air, résidences vacances, croisières, …

– Adapter le personnel à la fréquentation grâce au prédictif : indispensable pour les transports, les expositions, tout ce qui est saisonnier (hôteliers de stations touristiques, lieux de patrimoine, activités d’hiver ou d’été, …) ;

– Utiliser la Business Intelligence et la Competitive Intelligence avant tout investissement pour en dérisquer les prévisions de rentabilité ou d’attractivité, ainsi que pour optimiser la gestion des acteurs du tourisme : par exemple, analyser l’implantation d’un nouvel hôtel en ajustant les fonctionnalités qui seront demandées compte-tenu du parc existant et du type de clients.

Un autre enjeu est de limiter la data laissée à des prestataires externes car elle leur donne le pouvoir de facturer toute nouvelle extraction, toute nouvelle analyse, … et ils sont également maîtres du prix s’ils sont leaders mondiaux. Quelques exemples concrets :

– Collectivités, gestionnaires de destinations et d’activités : maîtriser à qui les billets de leurs animations sont vendus leur permet d’avoir les moyens quand ils voudront agir pour augmenter le nombre de nuitées sur place ;

– SIT (Systèmes d’Information Touristique ou bases de données de l’offre touristique) : c’est en prenant en compte les données mobilité et activités des visiteurs qu’ils apportent à leurs clients institutionnels et socioprofessionnels du tourisme un outil compétitif pour leurs actions ;

– Pour un camping, connaître ses clients lui permet de les relancer pour l’année suivante (la notion anglosaxonne est le KYC ‘Know Your Customer’) ;

– Enfin, vu les monopoles qui se sont créés, cet enjeu est devenu un enjeu de souveraineté à piloter aux niveaux national et supranational pour limiter leur emprise : la législation RGPD en est un exemple, le droit de faire en France des prix autres que ceux de Booking en est un autre.

3e enjeu, nouveaux services possibles grâce à l’association de la data et de l’IA :

– Organisateurs de voyage multimodaux pour lesquels la demande à la fois des institutionnels, des opérateurs de transport et des utilisateurs est forte ;

– Assistants personnels de type ‘bot’ qui traitent toutes les demandes passées afin de mieux savoir répondre aux demandes présentes ;

– Rédaction et distribution de contenus : le ‘marketing content’ a progressé de 43% depuis 2 ans, son importance grandit dans les prises de décisions face aux avis clients ;

– Traductions automatisées en direct tous supports ;

Faciliter l’évolution vers la data, c’est le rôle à la fois de tous les acteurs et de chacun dans une équipe. Comment procéder ?

– Un diagnostic data (la BPI le finance à 50%);

– Décider d’une action, d’un objectif et d’un indicateur prioritaires – qui auront plusieurs répercussions corollaires –

– Une fois l’objectif atteint, refaire un bilan et prendre une nouvelle priorité (qui peut être de formation, de recrutement) : cela mène à une culture d’entreprise où chacun dans l’entreprise en connaît les bénéfices et diffuse cet état d’esprit ‘data-driven’.

En conclusion, une suggestion : renforcer le focus ‘data-driven’ de votre structure, que dites-vous d’en faire votre résolution pour cet été ?

Si vous souhaitez des coordonnées de prestataires ou un niveau d’information supérieur, consultez les startups accompagnées sur le site Open Tourisme Lab ou n’hésitez-pas à indiquer votre demande dans vos réactions à cet article.

Par Géraldine Mauduit, Bizdev & Finance Consultant à Open Tourisme Lab

À lire aussi dans les actualités

Tourisme et digital en période de crise
Inspiration

Dans le tourisme, le digital amplifie… et permet de résorber les effets de la crise

Il n’est pas rare, lorsque surviennent les crises, d’entendre dire que le tourisme est une industrie “résiliente”, sorte de haïku à la “même pas peur” qu’il serait prudent de manier avec plus de précautions dans la crise qui vient.  Après

Inspiration

L’ère du tourisme intelligent n’est pas révolue, mais elle ne repose plus uniquement sur l’excellence technologique

Au cours des deux dernières décennies, l’innovation technologique a profondément modifié les paradigmes classiques du tourisme. Et si d’une part les villes sont devenues des « villes intelligentes » grâce, entre autres, au numérique, d’autre part, les destinations sont devenues des « destinations

Inspiration

Identité et destination : valeur désuète ou contemporaine ? Et la Bretagne dans tout ça ?

A l’occasion des RTB22 qui se sont déroulées les 4 et 5 avril dernier et qui ont rassemblé près de 700 participants autour des sujets liés au développement touristique, Ronan Le Baccon, directeur du Tourisme et du Patrimoine de la

EnglishFrench